Le SESJ fournit un financement de démarrage crucial à l’initiative du Bear Clan en matière de paniers alimentaires

10 octobre 2021

La patrouille du Bear Clan n’a pas besoin d’être présentée; après sa création à Winnipeg, différentes patrouilles du Bear Clan ont vu le jour dans plusieurs villes du Canada.

Pourquoi? Parce que la formule fonctionne : S’inspirant des philosophies et pratiques traditionnelles autochtones, l’organisation entreprend des patrouilles communautaires en soirée, offre du transport, ramasse les seringues jetées dans les rues et livre de la nourriture aux personnes dans le besoin.

Après avoir fait une demande de financement quelques mois auparavant, la patrouille du Bear Clan a reçu un financement de 50 000 $ de la part du Syndicat des employé-e-s de la Sécurité et de la Justice (SESJ) en mars 2020. Selon John Drabble, le secrétaire-trésorier du Bear Clan, ce financement n’aurait pas pu arriver à un moment plus opportun.

« Vous devez comprendre que le plus grand défi, pour la plupart des organismes de bienfaisance, est la période de janvier à mars. C’est à ce moment-là que de nombreux groupes essaient d’assurer leur financement pour l’année », explique M. Drabble. « C’est une période incertaine, une période décisive pour de nombreux organismes. Bien sûr, les défis de 2020 ont été amplifiés par une pandémie mondiale! »

Lorsque la pandémie a atteint Winnipeg, le Bear Clan a rapidement compris qu’il devait adapter ses activités.

« Nous avons dû réduire nos patrouilles de quartier pendant un certain temps », explique M. Drabble. « Et normalement, alors que nous avions environ 300 personnes faisant la queue devant nos portes pour obtenir de la nourriture chaque jour, avec la pandémie, ce besoin a presque doublé. Mais avec les restrictions de verrouillage, faire la queue dehors était désormais interdit, nous avons donc dû changer quelque chose. »

Le Bear Clan n’a pas commencé à fournir de la nourriture à partir de sa base d’opérations au Ndinawe Youth Drop-In Centre, mais les gens continuaient à demander de la nourriture. Plutôt que de voir des personnes désespérées se blesser en fouillant dans les poubelles ou se faire arrêter pour vol à l’étalage, l’organisme à but non lucratif a répondu à l’appel. La nécessité de nourrir les personnes affamées n’allait pas disparaître avec un verrouillage pandémique. En fait, le besoin était encore plus grand, car de nombreux travailleurs à faible revenu ont perdu leur emploi lorsque leurs employeurs ont dû fermer leurs portes.

La solution proposée : Pourquoi pas un service de livraison de paniers de nourriture? Après tout, le Bear Clan est fondé sur la réponse aux besoins de la communauté, et la pandémie a montré que le besoin immédiat était de fournir une certaine stabilité alimentaire à ceux qui éprouvaient le plus de difficultés. Le Clan a donc modifié son modèle d’entreprise et a mis sur pied un programme de livraison de paniers de nourriture.

« Il y avait beaucoup d’obstacles, bien sûr », déclare M. Drabble. « Tout d’abord, nous sommes allés dans un supermarché local pour demander des prix de gros pour la nourriture, ce qui n’est pas une mince affaire quand on a besoin de 10 000 $ à 20 000 $ de nourriture par mois. Et heureusement, nous avons pu obtenir ce soutien. Mais même dans ce cas, les donateurs ne vous donneront que ce qu’ils ont, et nous devrons donc encore acheter beaucoup d’autres denrées alimentaires de base pour aider les personnes qui en ont le plus besoin. »

Lorsqu’on lui a demandé si les banques alimentaires auraient pu fournir le soutien nécessaire, John Drabble a expliqué la nuance : « Bien sûr, il y a des banques alimentaires, mais il y a aussi des couches de besoins. De nombreuses banques alimentaires desservent les travailleurs pauvres, qui peuvent posséder une voiture ou un laissez-passer d’autobus et un numéro d’assurance sociale. Mais si vous descendez quelques échelons, vous avez des personnes qui ont désespérément besoin d’aide, qui n’ont souvent presque aucune mobilité et des problèmes d’identité, et c’est à elles que s’adresse le Bear Clan. »

Et c’est là que le don de 50 000 $ du SESJ entre en jeu. Il a été utilisé comme financement de départ pour un programme de livraison de paniers de nourriture qui fait maintenant partie intégrante de l’opération globale du Clan à Winnipeg.

« Le moment était tout choisi. Le don du SESJ a non seulement contribué à notre programme de paniers alimentaires, mais il nous a également permis de le lancer », déclare M. Drabble. « Il nous a permis de démontrer la viabilité du programme de paniers alimentaires à nos partenaires, et depuis lors, c’est un succès. »

Depuis son lancement, le besoin de paniers alimentaires n’a fait que croître; il coûte désormais au Bear Clan environ 100 000 $ par mois, offrant une certaine sécurité alimentaire à une population très vulnérable.

C’est important, car la recherche montre qu’un logement stable et un accès régulier à une alimentation saine sont les éléments de base pour échapper au cycle écrasant de la pauvreté. Le Syndicat des employé-e-s de la Sécurité et de la Justice croit que les investissements dans nos organismes communautaires améliorent grandement la sécurité des villes dans lesquelles nous vivons. Nous félicitons le Bear Clan pour son excellent travail dans la région de Winnipeg!

L’Initiative de sécurité et de sensibilisation de la communauté du SESJ a été créée en 2019 dans le cadre du Plan stratégique triennal du SESJ. Quatre grands projets dans l’ensemble du pays ont été choisis et financés parmi une foule de candidatures. Notre syndicat estime que l’engagement syndical ne se limite pas uniquement à nos lieux de travail, mais que nous avons également un rôle important à jouer pour renforcer les communautés dans lesquelles nous vivons.