Le SESJ obtient une prolongation pour les examens administratifs des agents et agentes de libération conditionnelle

2 avril 2021

Le président national du SESJ Stan Stapleton et le vice-président national David Neufeld, ont été en communication régulière avec la commissaire du Service correctionnel du Canada (SCC) Anne Kelly, et le bureau du ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, au sujet de la directive de Mme Kelly aux agents et agentes de libération conditionnelle de procéder à des examens administratifs pour certains délinquants ayant commis une infraction mentionnée à l’annexe 1.

Hier, la commissaire Kelly a accordé la prolongation demandée par le SESJ au nom de ses membres. Cela signifie que les examens administratifs pour les délinquants ayant commis une infraction mentionnée à l’annexe 1 concernés doivent maintenant être terminés pour le 28 mai 2021.

L’SESJ a également insisté pour que le l’Administration centrale du SCC signale clairement à toutes les régions que des heures supplémentaires préapprouvées seront mises à la disposition des agents et agentes de libération conditionnelle si elles sont nécessaires pour réaliser ces examens. Dans sa réponse au syndicat, Mme Kelly a noté ce qui suit : « En ce qui concerne les heures supplémentaires, conformément à leur convention collective, lorsque les employés ont des préoccupations concernant les délais d’exécution de ce travail, ils doivent en discuter avec leur gestionnaire pour trouver des options et des solutions possibles ».

Le SESJ encourage vivement tous les membres qui doivent travailler en dehors de leurs heures normales pour accomplir leurs tâches (y compris ces examens administratifs) à approcher leurs superviseurs afin de demander des heures supplémentaires.

Le SESJ continue de communiquer avec la commissaire et le cabinet du ministre Blair pour plaider en faveur des autres solutions qui ont été exposées dans notre lettre du 13 mars à la commissaire.

Il s’agit notamment de :

  • S’assurer qu’un membre du personnel ou des équipes de recherche d’informations soient dotés des ressources nécessaires pour effectuer ces révisions dans chaque établissement, CCC et bureau de libération conditionnelle dans la collectivité;
  • Veiller à ce que le SESJ soit consulté directement et de façon opportune afin de mettre en œuvre les recommandations du Comité d’enquête en toute sécurité.

En outre, le SESJ a intensifié ses efforts avec la commissaire pour discuter des nombreuses questions importantes qui ont été mises en évidence dans le rapport 2019 du SESJ, PROTECTION DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE : Défis auxquels font face les agents et agentes de libération conditionnelle du système de justice pénale canadien hautement stressé.

Le SESJ se réjouit de pouvoir tenir ses membres au courant de tous les progrès réalisés dans ce dossier et dans tous les autres dossiers pour lesquels nous luttons au nom de nos membres. Pour l’instant, le SESJ tenait à s’assurer que tous les membres soient au courant de l’extension et de l’importance de demander des heures supplémentaires lorsqu’elles sont nécessaires.