Les préoccupations du SESG concernant la formation en perfectionnement continu des agents de libération conditionnelle (PCALC)

6 décembre 2016

Le 1er décembre, le SESG a rencontré la haute direction à l’occasion d’une réunion du CNCPS. M. Head et M. Macaulay y étaient tous deux. Nous avons discuté à fond au sujet du Programme de perfectionnement continu des agents de libération conditionnelle (PCALC) devant être offert au cours du présent exercice et de l’exercice 2017-2018.

Le SESG a soulevé certaines préoccupations relativement au modèle de formation proposé pour les agents de libération conditionnelle à plusieurs reprises, y compris lors des réunions des cadres supérieurs et des rencontres bilatérales. Les renseignements sur le PCALC de 2017-2018 ont été communiqués à l’ensemble des VPR du SCC en juin et août 2016. Nous avons reçu des commentaires que nous avons réacheminés au Service correctionnel. La formation en ligne et le manque de formation en personne constituaient une des plus graves préoccupations mentionnées. Le SESG avait exprimé sans équivoque sa position, laquelle maintenait que la formation de groupe en personne représente le modèle de formation le plus efficace et donc à préconiser. Ce type de formation permet aux agents de libération conditionnelle et aux superviseurs de partager leurs idées et leurs pratiques exemplaires et de mieux comprendre les divers rôles au sein des établissements et dans la collectivité. Nous avons aussi partagé les commentaires reçus des agents de libération conditionnelle au cours des derniers mois et selon lesquels la formation en ligne ne produisait pas les résultats escomptés par le SCC.

Le SESG et le Service correctionnel ont convenu d’établir un petit groupe de travail d’agents de libération conditionnelle et de gestionnaires afin de discuter du PCALC de 2017-2018. Les agents de libération conditionnelle seront choisis par le SESG et le groupe sera dirigé par le confrère David Neufeld.